mardi 5 mars 2013

Mnémotourisme (16)

Refus
22 janvier 1922
Gentioux-Pigerolles (Creuse)

Loups-Garous
15e-16e siècles
Ferme de La Valade près de Rochechouart (Haute-Vienne)

On continue notre lecture des textes de Pierre Bergounioux avec Paysages insoumis, le très beau livre de photographies de Thierry Girard (Loco, 2012), pour lequel il a écrit, en guise de préface, un historique de l'insoumission (de Sumer à Tarnac en quelques pages, et oui). Passée cette ouverture de Bergounioux, le livre montre toute une série de vues prises dans le Limousin, dans une région dont l'histoire a eu, à de nombreuses reprises, maille avec la résistance et la rébellion : révoltes paysannes, émeutes ouvrières, résistance durant la guerre... Chaque photo est accompagnée d'un texte racontant un évènement ayant eu lieu dans un passé plus ou moins lointain. Souvent, un décalage existe entre ce qui est vu et ce qui est lu : la nature a repris ses droits, des maisons, un ferme ont été construites... Cette démarche montre à nouveau que l'histoire d'un lieu ne résulte jamais de l'accumulation des traces visibles de son passé. Toujours, les strates du paysage doivent être dégagées par d'autres moyens que ceux de la cornée et de la bêche.
Ci-dessous, les textes accompagnant les photographies en haut.

"R E F U S
Le 29 janvier 1922, la municipalité de Gentioux-Pigerolles décide de la construction d’un monument aux morts unique en son genre : au lieu de célébrer la Victoire et de pleurer les Morts, un orphelin en sarrau, la blouse de l’écolier, tend un poing rageur vers cette inscription : “Maudite soit la guerre”. Ce monument qui fut inauguré en novembre 1922 par la municipalité d’alors, en l’absence des représentants de l’État, ne fut officiellement reconnu qu’en 1985. Pacifistes, anarchistes, libres-penseurs viennent chaque 11 novembre se recueillir devant le monument."

"L O U P S - G A R O U S
De la fin du Moyen Âge à la fin de la Renaissance, on dénombra 30 000 procès de loups-garous. La plupart des supposés renégats furent brûlés vifs. Des milliers d’autres périrent sans autre forme de procès. Dès qu’un villageois était soupçonné d’être un loup-garou, il était attrapé et écorché vif, car la croyance voulait que l’on trouvât les poils de la bête, cachés sous la peau. Ces paysans, ces gueux, parce qu’ils étaient asociaux ou “sauvages“, ou que leur pratique religieuse, teintée de restes de paganisme ou de soupçons de sorcellerie, n’était pas jugée suffisamment “catholique”, furent ainsi les victimes expiatoires d’une de ces Grandes Peurs qui enflammèrent l’Europe au cours des siècles. On peut aussi considérer que nombre d’entre eux, y compris des nobles, des bourgeois et des artisans, qui voulurent exprimer par leur différence une forme de résistance à une société ruinée par les Guerres de Religion et soumise à la fois au désordre et à l’intolérance, furent assimilés de fait à des loups-garous. On note la présence de nombreux loups-garous à Rochechouart où l’on évoque les sabbats sataniques autour de la croix de Blancharaux, sise au pied du château, ainsi que les villages suspects de Babaudus, Biennac et La Valade... Où il n’y a plus aujourd’hui qu’une seule ferme occupée par trois chiens à l’aboiement vif et un paysan célibataire plutôt timide et sauvage qui, lors des labours, s’amuse à ramasser des pierres de météorite dans ses champs (Rochechouart tiendrait son nom d’une météorite qui aurait chu…)."

2 commentaires:

alr a dit…

Te voyant féru en ce moment de Bergounioux, je me permets de signaler que la librairie Quartiers Latins (Place des Martyrs, Bruxelles Centre) organise une rencontre avec l'auteur ce samedi 16 mars à 12h. Il est plutôt rare d'avoir l'occasion de le croiser dans nos contrées, ça vaut sans doute la peine!

Jean Dezert a dit…

Oui, j'avais croisé l'info, mais il y a spectacle à l'école de mon fils... Mais comme, tu le dis, cela vaut certainement la peine, tant sa manière de parler est proche de son écriture. Et puis ça m'aurait bien dit de croiser cette personne dont je lis le quotidien depuis des mois...
Pour les absents, comme moi, écouter ici : http://www.franceculture.fr/emission-hors-champs-pierre-bergounioux-2011-01-17.html
Ou ici :
http://www.franceculture.fr/emission-figures-libres-pierre-bergounioux-l-ecriture-en-vacance-2012-08-05