mercredi 20 août 2014

Paradigme indiciaire (21)


A Line in Ireland, 1974

A Line Made by Walking, England, 1967.

Five Stones, Iceland, 1974

A Line in the Himalayas, 1975

Brushed Path A Line in Nepal. A 21 Day Footpath Walk, 1983

Sahara Standing Stone Line, The Hoggar, 1988

Sahara Line, 1988

River Po Line, Italy, 2001

Les marches de Richard Long.

dimanche 17 août 2014

Mnémotourisme (31)



"L'univers (que d'autres appellent la Bibliothèque)..."
Jorge Luis Borges, La bibliothèque de Babel.

"Les livres sont ce que nous possédons de meilleur dans la vie, ils sont notre immortalité."
Varlam Chalamov, Mes bibliothèques.

vendredi 15 août 2014

Face aux vents dominants


On fait suivre cette initiative de proximité :

Le service communication de Venice Beach vous propose un apéro-concert au sommet du terril Piron. LE 16 AOUT **17h00**
** Comme panorama: le bassin industriel Liégeois, le stade du Standard et la vallée de la Meuse.

** Comme siège: le terril Piron

/// /// SCHREIN (Allemagne)
Croisement parfait entre Albert Ayler et Lightning Bolt, ce trio de jeunes allemands démystifie l’idée de musique dissonante = musique chiante avec l’énergie du punk et la sensualité du métronome psychédélico-electro-acoustiqu
e. On imagine déjà danser la samba sur leurs airs de liberté cosmique, regardez le lien vidéo pour vous mettre dans la peau du jeune gourgandin décomplexé qui est en vous.
N.B : Connectés et/ou membres de la sphère psycho-psyché-freaky allemande : Meudiamorte Records, Datashock, Phantom Limbo – Gigs & more, Flamingo Creatures, Sun Worship, …

http://www.youtube.com/watch?v=RhaYBprDA14 http://www.youtube.com/watch?v=FEIKp0RokOQ http://shitschrein.tumblr.com/


/// /// R.O.T. (Belgique)

Emanation débridée d’une Belgique inondée par toute la scène indie conventionnelle allant du post-rock-machin au math-truc-chose, R.O.T a créé ce qu’il y a de plus excitant dans la musique libre. Symbole absolu de l’union de l’étrange et du beau, le collectif est d’une tendresse à tout craindre. Aussi à l’aise avec une balle de ping pong qu’avec des lecteurs à bandes timorés, leur expression musicale est formée du plus beau romantisme mélodique « à côté de la plaque » jamais entendu.

Peut-être plus important encore ( ?!), leurs membres ont été cruciaux à la construction de la scène alternative des années 90/2000/… avec e.a. le label Veglia, Dirk Freenoise, le Death Petrol, le Ptit Fays Festival, Buffle, la ferme du Biéreau, Grambacht, Partkdolg, Gangalai & Gourabai ETC.
Certifié présent à la fête : Floris Vanhoof, Laurent Cartuyvels.

http://www.youtube.com/watch?v=Zcm63BRNi5k

/// /// LINUS VANDEWOLKEN (belgique)

Linus Vandewolken, hommeliste, joueur de hommel -épinette des Vosges- jouera son premier concert à Liège ce samedi 16 août de l’an 2014. Après des années à avoir diverti sa famille, ce vieux baron à l’allure robuste et désenchantée, qui trouve l’inspiration dans les paysages flamands et la douceur de vivre, s’attaquera à son répertoire en public face aux vents dominants, à la santé du feu et de la flamme

https://hotelrustique.bandcamp.com/album/hr1409-hommel-op-aarde-ep

*** ACCES AU TERRIL par la fin de la rue des Grands Champs,4420 Liège. Vers le numéro 151 ***

*** PRIX LIBRE ***

*** 17h00 ***
 

mercredi 13 août 2014

La danse des possédés (100)


Cette centième danse des possédés se fête avec Don Cherry et des enfants, avec des crottes de nez collées sous des cymbales qui sonnent, des petits monstres ivres cachés sous des touches de piano et des sorcières qui s'échappent de saxophones en chantant le blues.
Et de Don Cherry, on se dépêche de réécouter Blue Lake (1974), Mu (1969), Organic Music Society (1972), Orient (1973) et Music / Sangam (1982).

mardi 12 août 2014

Le terril (18)


Plutôt que d''exploser les vitres avec le nouveau grille-pain, je serre les dents, j'enfile mes grolles et je grimpe. Mais ce jour, la hauteur et le soleil sont de bien pauvres remèdes. Alors que gaucho porteur de bolas en devenir, je fais tournoyer mon pauvre toaster au bout de sa prise, je reçois ce message d''un camarade au travail dans la steppe mongole : "Super, merci pour les news. Ici, ça roule. Campement en partie démoli par tempête mais réparé. Ai entendu des loups chanter aux premières lueurs. Bises à tous." Et l'espace grandit, je respire enfin et retourne à mes propres aventures : éviter les ronces et les orties, relever les laissées de renard, repérer au loin les hommes de forte corpulence qui promènent leur chien et me cacher, compter mes propres pas. Fuir et sourire.
En avant.

mercredi 6 août 2014

La danse des possédés (99)





Get your days work done
Get your days work done
Or soon youll be
Racing with the sun.
Make your plans today
Fore the evenings on
Or youll end up
Racing with the sun
Hard, hard, times
That youve had
Hard, hard times
But today youre mighty glad.
Cause your works all through
And your battles won
Now youll never never be
Racing with the sun.

mardi 5 août 2014

Des milliards de pères (11)


J'ai des milliards de pères.
Lui m'apprend à mastiquer et à accepter ma crête sagittale.

dimanche 3 août 2014

La danse des possédés (98)



Pour seule religion et seule insurrection, nous suivrons celles du cerf-volant. Ruser avec le vent et le faire chanter. Le seul jeu où c'est la marionnette qui pense tirer les ficelles...


samedi 2 août 2014

Les sans-noms (10)













Pour son ouvrage Les chuchoteurs. Vivre et survivre sous Staline (Denoël, 2009, traduit par Pierre-Emmanuel Dauzat), l'historien Orlando Figes a utilisé les témoignages oraux de plusieurs centaines de sans-noms (voir liste ci-dessus) et a consulté d'innombrables sources écrites (archives officielles, correspondances, journaux intimes...). Ce travail d'heuristique impose d'emblée le respect par son ampleur, mais aussi et surtout par la manière dont il fait entendre des voix restées muettes durant des décennies. L'objet du livre est de restituer la manière dont le régime stalinien a affecté, pour ne pas dire infecté, la vie privée, les relations de famille, le lien de l'individu à la collectivité. Il ne s'agit pas de faire le récit des péripéties politiciennes, mais de tenter de dresser le portrait, tantôt poignant, tantôt glaçant, de l'Homme russe de 1917 au début du 21e siècle, dans toute sa diversité. Les récits de courage, de résignation, de trahison, de peur le plus souvent, de silence aussi, se succèdent au fil d'un bon millier de pages terrifiantes, qui laissent pantois en même temps qu'admiratif. La rigueur de ce travail de synthèse n'empêche pas Orlando Figes de démontrer un puissant talent de conteur et de faire de ces chuchoteurs nos proches, nos semblables même, pour le meilleur et pour le pire.

vendredi 1 août 2014

Le terril (17)


Ils sont des dizaines à en gravir les pentes lorsque le soleil prend possession de ce bocal étroit qu'on nomme ciel. Au sommet, ils se plantent en lignes, se tournent vers l'astre et ouvrent grand les yeux. On voudrait les plaquer au sol, leur détourner l'attention au moins et leur éviter la dégénérescence maculaire. Mais l'indifférence et la satisfaction qu'ils affichent imposent le respect et la distance. Qui sont ces hommes maigres, à la peau claire et au poil de feu, qui semblent se nourrir de tant de rayons obliques ? Se goinfrent-ils de soleil avant que celui-ci ne disparaisse ? Certains disent que chaque rayonnement est une voix et qu'ils écoutent. Peut-être souhaitent-ils juste chasser la nuit qui les habite ? Nous n'en savons rien et nous contentons d'observer. Tels des phares, c'est à leur tour de fulgurer vers nous, quêteurs de lumière.
En avant.