dimanche 23 novembre 2008

Phill Niblock et Kan Mikami

Pour sa dixième édition, le festival Images Sonores à Liège présente diverses compositions de musique contemporaine dont des oeuvres des pionniers Karlheinz Stockhausen et John Cage.
Le vendredi soir, Jean-Marc Montera (guitare) que l'on a notamment vu jouer avec Sonic Youth, et Chris Cutler (persussion), fer de lance du rock anglais expérimental depuis une quarantaine d'années (il a notamment officié au sein de Henry Cow), rencontrent les musiciens Daan Vandewalle (piano) et Arne Deforce (violoncelle).
.
Silence, tensions et couleurs radiophoniques s'offrent en un bouquet sonore abstrait passionnant dans les pièces Kurzwellen (1968) de Karlheinz Stockhausen et Four (1954) de John Cage.
.
Le clou de la soirée est certainement l'interprétation par Arne Deforce de la pièce Poure de Phill Niblock. Seul à son instrument, le violoncelliste est installé entre deux écrans où est projeté un documentaire réalisé par Niblock lui-même. The Movement of People Working tente de montrer la dynamique du travail manuel par la juxtaposition de séquences de gestes techniques spécialisés (par exemple, raboter un outil, coudre un tissu...) où le cadre est essentiellement bloqué sur les mains des artisans.
.
Les suites de frottements au violoncelle sont enregistrées et superposées pour former petit à petit un bloc sonore impressionnant diffusé dans l'ancienne église baroque Saint-André par plusieurs enceintes. Cette musique lancinante donne aux images une signification équivoque : aliénation due à la technicité des gestes ou infinie répétition du geste créateur ? A la fin de la performance, le violoncelliste fait applaudir un monsieur assez âgé assis au premier rang. S'agirait-il de Phill Niblock ?
.
Le DVD du film de Phill Niblock, malheureusement épuisé, est édité par le label Extreme. Ses derniers albums dont le magnifique triple Touch Three sont sortis sur le label Touch Records.
.
Le samedi soir, au Cinéma Nova à Bruxelles, le troubadour japonais Kan Mikami a rendez-vous avec son public à 22.00. Il est difficile de ne pas être scotché par la présence physique impressionnante du bonhomme. Des hurlements et soupirs, des sauts, des pantomimes inquiétants transforment le concert en un spectacle théâtral magnétisant. La compréhension du japonais n'est pas nécessaire pour apprécier ce chant d'écorché vif, très romantique. Le jeu de guitare, free, évoque aussi bien le fantôme de Derek Bailey que celui de Davy Graham.
.
Le bluesman japonais a sorti de nombreux albums dont certains sur le label P.S.F. records sur lequel on trouve la crème des musiques psychédéliques nippones.
.

2 commentaires:

globeglauber a dit…

1- Les Maîtres fous = quel film inoubliable!

2- le DVD épuisé de Niblock est disponible à La Médiathèque (Passage 44 ou sur commande ailleurs)
> http://www.lamediatheque.be/med/rech_n.php?ref=TW5695

3- merci d'avoir mis mon blog dans la colonne de droite!

gLgL

Jean Dezert a dit…

Globeglauber,
Merci pour l'info et merci surtout pour les découvertes faites grâce à votre blog et vos articles sur le site de la médiathèque !